Notre actu Qui sommes nous ? Nos services Nos formations Sensibilisation & droits Un regard sur notre passé Contacts & liens Humour


NOTRE ACTU

BILAN ESTIVAL OU PLUS : D’AVRIL A SEPTEMBRE 2022.

25ème ET PEUT-ETRE DERNIER STAGE DE SON ?

 « FAIRE BRAILLER LE SON » DANS L’AGGLOMERATION PERIGOURDINE !

 D’AUTRES COMMANDES AUDIO QUI OCCUPENT SUR LE LONG TERME !

 ÉVOLUONS DANS LA SENSIBILISATION AU HANDICAP VISUEL !

 VALORISÉ PAR LES SUBVENTIONS.

 MAIS AVEC QUI FAIRE TOURNER TOUT CELA ?

 

BILAN ESTIVAL OU PLUS : D’AVRIL A SEPTEMBRE 2022.

Depuis avril 2022, cette page n’avait pas bougé. Son antépénultième mise à jour était effectuée en décembre 2021, du fait d’une suractivité automnale et hivernale pour notre association. Mais, depuis mai, si l’activité associative tournait au mieux, ses deux dirigeants quadragénaires ont connus des soucis de santé imprévisibles (survenu entre le 15 mai et le 1er août, entraînant des interventions hospitalières pour la trésorière, encore en convalescence aujourd’hui et en juillet pour notre président, dont le choc phobique et post-traumatique est encore présent). Leurs nombreux rebondissements ont causé un immobilisme d’actions pour Sonorium. Les commandes formatives et sonores arrivaient, les financements et subventions aussi, mais les personnes physiques pour les conduire étaient très limitées dans leur pratique. Pas de remplaçants, car occupés ailleurs, ils s’annoncent comme « n‘étant pas assez formé pour cela ! » Nonobstant, ces bénévoles prennent des nouvelles de la santé et semblaient inquiets de l’état de leur dirigeants. Seul, Damien (ancien bénévole aidant aujourd’hui aux sonorisations) a donné quelques coups de main ; merci à lui !

Dans ce contexte depuis la mi-mai, l’incertitude se faisait sentir quant aux perspectives de nos prestations à venir (formation en août, forum associatif à sonoriser et animer en septembre). Certaines rencontres partenariales n’ont pas pu être conduites. En juin, plusieurs invitations municipales de Périgueux ont, hélas, connu notre absence (rencontre inter-associatives, commission d’accessibilité). Certains projets ont donc été repoussés à septembre ou en fin de convalescence. Prévu en mai ou juin, l‘auto-entreprise DEPAN’ORDI-24 réalise en septembre l’assemblage d’un ordinateur, pour remplacer l’ancien qui a tenu la décennie au service de l’association ! Les campagnes de communication autour de nos formations, de nos autres services et de nos prochains 20 ans, auraient étaient préparées avant l’été, mais là… un énorme contretemps se fera sentir ! Un autre retard dans le traitement de certaines grosses commandes audio est flagrant : les Archives Sonores du Département Dordogne-Périgord sont bien indulgentes, car si les numérisations des cassettes se font en temps réel, sur les 5 lots de 30 supports à faire avant fin décembre 2022, seuls 2 sont rendus en fichiers WAV et MP3 et le troisième débute en septembre. S’ajoute au rattrapage des retards cumulés, l’angoisse de tenir des délais pour rester crédible !

Fort heureusement, la qualité de nos travaux conduit les bénéficiaires à comprendre la situation exceptionnelle. Même si certains d’entre eux, appelant à la dernière minute pour un service d’urgence, ne remarquent rien restant focalisés sur leur objet. Mi-mai, alors que débutait le problème de santé de la trésorière de Sonorium, le représentant de la compagnie Cyclo-Familia-Express sollicitait le transfert des fichiers audio d’un IPod vers son IPhone, pour la diffusion de la bande musicale de son spectacle du surlendemain. Bien sûr, nous n’appelons pas à la pitié, ni à la compassion, mais à la compréhension de cette situation.

Moralement, il est dur de remarquer qu’on est inactif ou en ralentissement involontaire. Mais, si de mauvaises nouvelles associatives s’ajoutent à cette chute de moral, que faire sinon subir ? Notre jeu Sonoquiz-2022 était lancé jusqu’à juin et aucun joueur pour devenir candidat pour une formation au son ; une administratrice et un membre du jury nous disent alors : « Sonorium Francophone n’intéresse pas les déficients visuels ! » Superbe incantation pour remonter le moral de se demander à quoi on sert depuis presque 20 ans ! En lisant l’article consacré à nos subventions (que vous trouverez ici), vous comprendrez que notre moral de responsables associatifs a, là aussi, connu des montagnes russes ! Bref, l’idéal en pareille situation !

Mais, comme toujours, l’espoir est là ! Il est faible, mais présent ! Un nouvel ordinateur pour des traitements effectués plus rapidement, une sonorisation en prestation et la poursuite d’une excellente relation partenariale avec Périgueux, des rencontres autour de sensibilisation individuelle à la déficience visuelle, la cessation d’activités d’une grosse structure locale et de son dirigeant vampirisant depuis 20 ans notre action de service aux aveugles et malvoyants, nos rentrées financières en perspectives (obtenues plus par nos travaux que par des subventions) qui vont générer des projets au bénéfice des demandeurs non et malvoyants… Si d’autres tuiles n’arrivent pas, tout irait pour le mieux !

25ème ET PEUT-ETRE DERNIER STAGE DE SON ?

Faisons le point sur la formation au son pour des aveugles et malvoyants individuels. C’est l’un des thèmes parmi les plus importants pour Sonorium Francophone, reconnu comme un organisme formateur. Pour un déficient visuel motivé par l’audio, il est deux manières d’accéder à l’un de nos stages, répondant à son projet personnel : soit nous contacter (expliquant la demande par mail ou par téléphone), après avoir lu la page Formation de ce site Internet, soit de joueur au Sonoquiz quand il se présente sur notre page Accueil. L’édition 2022 aura été visible en mai et entre le 5 et le 18 septembre.

Dans l’euphorie des trois participations au Sonoquiz-2021, nous envisagions une quinzaine de semaines de 2022, occupées par des sessions formatives, pour des déficients visuels aux projets audio. Ces candidats se sont hélas désistés ! Les déceptions avaient commencé en septembre 2021, alors que nous recevions individuellement les 3 non-voyants gagnant du jeu Sonoquiz. Le parisien Tanguy, voulant améliorer ses méthodes de montage, nous écrit, au lendemain de l’entretien préparatoire, qu’il n’est pas « assez souple pour ce type de formation ! » Puis, vient le tour de David de la région nantaise, qui a du mal à trouver ses dates pour ce stage de Musique Assistée par Ordinateur, du fait d’autres approfondissements informatiques, conduisant à un hypothétique emploi. C’est le même argument d’emploi du temps, qu’utilise la parisienne Nathalie, pour repousser sans cesse, puis pour se désister de son initiation aux enregistrements et au montage de son. En jouant au Sonoquiz, chacun avait obtenu un temps gratuit sur les deux semaines formatives ! De son côté, ayant déjà connu nos enseignements sur l’enregistrement d’instruments acoustiques en 2019, Emmanuel, notre adhérent aveugle envisageait huit semaines de la formule préprofessionnelle, pour les numérisations de documents analogiques et les techniques de sonorisations ou d’animations festives. Ces modules formatifs étaient répartis d’octobre 2022 à février 2023. En cours de reconversion professionnelle, ce quadragénaire de la région parisienne ne pouvait aboutir qu’à réduire son projet audio. En fait, entre juillet 2021 et avril 2022, Emmanuel s’est bercé d’illusions, malgré nos conseils prudents. Aujourd’hui, la donne change : Emmanuel espère deux semaines ciblées sur la numérisation, dès qu’il pourra prendre un congé ; en 2023, peut-être ? Une partie des semaines libérées, entre octobre et décembre 2022, est proposée aux deux précédents candidats. Nathalie ne trouve toujours pas le temps, croyant en la résolution de tout par un logiciel sur lequel elle va s’auto-former. David ne répondra que par un mail, indiquant qu’il étudie la proposition ; la date buttoir étant dépassée, sans relance de sa part, l’idée est abandonnée et ce temps servira à d’autres actions ! Toujours hélas, le Sonoquiz de mai 2022, n’ayant aucune réponse, il n’y aurait pas de candidat aux formations pour 2023, ce qui impliquerait qu’en 2024, Sonorium Francophone n’aurait plus de numéro d’activité autorisant à être organisme de formation ! Serait-ce la fin ?

En revanche, Stéphane, professeur à l’INJA de Paris, vivant en Normandie, avait été très satisfait de ses deux semaines passées en juillet 2021, à remettre en cause ses méthodes de DJ remixant des chansons. Avide d’un nouveau stage, il a signé le contrat et est revenu entre le 15 et le 19 août 2022. Débutant pourtant par un jour férié mais travaillé, la semaine d ce non-voyant normand lui permet de réviser ses connaissances de DJ et en découvrir de nouvelles. Cette fois, le stagiaire analyse la sonorisation des lieux extérieurs, les configurations matérielles et les besoins de câblage, mais surtout la préparation d’une partie de soirée de prestation, tentant de freiner ses mauvaises habitudes de mixage ou de se libérer du carcan de l’unique style musical à diffuser. Mais en une semaine, tout va trop vite pour qui veut apprendre : Stéphane se retrouve donc frustré face à l’absence d’exploitation des micros d’animation. Pourtant prévue, cette journée de pratique, sur la voix et l’outil, fut remplacée par l’indispensable prise de ses notes sur les enseignements étudiés durant les jours précédents.

Il s’agissait là du 25ème stage « Apprendre les Techniques du Son », conduit en nos locaux depuis 2006, pour 23 aveugles ou malvoyants (certains revenant plusieurs fois). Mais cette 25ème formation sera-t-elle la dernière ? La crainte existe du fait de deux critères convergeant : d’abord, parce que les candidats ne font pas légion ! Si les aveugles vivent avec le son, leurs projets audio n’émergent pas, leurs envies autour de ce sujet ne sont pas mises en exergue et leur formation ne se met pas en place (peur du coût ou incertitude de l’autoformation sur des logiciels, angoisse de la distance ou d’un changement d’habitudes, voire de leur propre handicap visuel). Certains même se désistent, comme expliqué juste avant, sans motif apparent. Puis, depuis janvier 2022, existe une nouvelle donne administrative : pour avoir des financements de formations, il faut répondre à divers critères qui ne correspondent plus à notre aspect atypique. En effet, là où notre contenu de stage s’intéresse au projet du candidat, avant qu’il ne l’intègre, la norme actuellement requise voudrait qu’on ait un programme préétabli dans lequel les stagiaires entreraient comme dans un moule ; or, chaque parcours et chaque niveau de personne, chaque projet et chacun de nos 23 participants furent différents, avec leurs particularités formatives propres. De surcroît, l’obtention de fonds aidant aux financements des stages implique désormais un cadre de déclarations administratives aux documents d’évaluation préparés pour un organisme mais inadaptés à notre structure associative, sans oublier d’inclure le salaire du formateur et des intervenants par exemple ; or, le responsable formatif de Sonorium Francophone est bénévole non-rémunéré ! Notre situation doit rester inchangée pour ne pas augmenter le faible coût horaire de nos formations, mais surtout pour éviter une surfacturation à chaque stagiaire, qu’il ne faut pas prendre pour « une machine à sous » ! Décidemment, le tout-gratuit s’éloigne à grands pas !

 Haut de page

« FAIRE BRAILLER LE SON » DANS L’AGGLOMERATION PERIGOURDINE !

Pour la fin 2022, nous comptons sur la multiplication des activités de sonorisation et d’animation de lieux festifs, pour des communes avides de nos prestations. Nous prospecterons donc les municipalités voisines en ce sens, dès l’automne.

Le samedi 10 septembre 2022, si le climat n’a pas tourné à l’orage violent, « Vive la Rentrée », contenant le Forum des Associations de Périgueux nous aura entendu faire « brailler le son » ! C’est ainsi que Gabriel Mourguet, un agent municipal de la Maison des Associations, s’exprimait à notre sujet, valorisant à la fois notre son et la déficience visuelle, lors de la première édition en stade de cette manifestation. Elle met en lien associations locales et élus municipaux. Satisfaits de notre animation et sonorisation du lieu en 2021, plusieurs cadres de la Maison des Associations de Périgueux nous redemandent pour cette nouvelle édition au stade Francis Rongiéras. Sur place, seront audibles notre animation d’annonces des prestations scéniques, la parole d’élus et de responsables associatifs, valorisant l’actualité de leur structure, mais aussi des musiques et chansons périgourdines (en français, occitan, anglais, espagnol, portugais wolof, etc.) sélectionnées par notre équipe. La veille, Damien Claudine et Arnaud prépareront le matériel, en vue de proposer le meilleur service possible !

Peut-être que le Marché de Noël trélissacois nous renouvellerait-il son excellent accueil en décembre ? Malgré le froid du climat hivernal, le gel sur nos enceintes et le soleil d’hiver réchauffant tardivement la place de la ville, nous fûmes chaleureusement reçus comme sonorisateurs-animateurs et comme vendeurs sur notre stand. Après cette matinée du vendredi 17 décembre 2021, où on comptait plus de stands que de challans, un amical repas nous était offert.

Forts de ces deux exemples et de notre expérience passée à Coulounieix-Chamiers pour les Marchés de Noël Associatifs et les carnavals, nous pouvons prétendre à faire de l’animation sonorisée et parlée aux alentours de Périgueux. Alors, comme dit l’expression populaire : « A bon entendeur ! »

D’AUTRES COMMANDES AUDIO QUI OCCUPENT SUR LE LONG TERME !

C’était vraiment imprévisible, mais les premiers mois de l’année nous offrent aussi l’opportunité de prendre en charge de nouvelles commandes audiovisuelles pour des individuels et pour des organismes. L’une nous occupera pour l’année en cours et la suivante.

Les Archives Sonores Départementales font de nouveau appel à nos compétences. Dès le 21 janvier, alors que la précédente prestation, relative aux bandes magnétiques, ne soit achevée, un nouveau devis est sollicité par Laurence Perperot de ce service. Il s’agit là du plus grand travail audio et donc du plus gros contrat, que Sonorium Francophone réalise en 19 ans d’existence ! Les supérieurs hiérarchiques de notre interlocutrice souhaitent la numérisation de 300 cassettes de la deuxième tranche des documents sonores de Radio Périgueux 103. Tout comme Laurence, notre président Arnaud est un ancien journaliste de cette radio et avait déjà travaillé des best of de vielles émissions pour les 15 ans de la station en 1997. Cette Radio associative de Dordogne-Périgord aurait fêté 40 ans en février 2022, si elle émettait encore ! D’aucuns y verront un signe, du fait qu’Arnaud soit celui qui retrouve des émissions, reportages, des versions brutes et montées en musiques, sur des thématiques locales, politiques, sociales et culturelles des années 1982 à 1999. Souvenirs et mémoires sonores sont donc au programme de cette nouvelle période ! Quel trésor audio ! Si 500 heures sont estimées, pour la mise en fichiers WAV et MP3 de ces 300 supports, cette prestation devra s’effectuer en les divisant en 10 lots de 30 cassettes chacun. Afin d’assurer le meilleur travail dans des temps raisonnables, en laissant une place pour d’autres actions associatives, nous proposons d’accueillir les 5 premiers lots à numériser en 2022 ; les 5 suivants en 2023. Ainsi validée par les Archives du Département, cette action conventionnelle débute le 17 mars 2022, par la remise du premier lot de 30 cassettes. Le bilan régulier s’effectue par plusieurs courriels et par des rencontres physiques pour échanges de données (cassettes contre documents sonores virtuels en fichiers). Ainsi, le 17 mai pour la remise du premier des 5 lots de 30 cassettes, puis le 25 juillet pour celle du second et la récupération du troisième à numériser, Laurence nous rencontrait en notre studio associatif. Face à nos soucis personnels, impliquant le retard de traitement, la salariée des Archives nous transmettait sa compréhension de la situation et le soutien de ses supérieurs hiérarchiques, valorisant la bonne qualité de notre travail sonore.

De surcroît, les Archives Départementales enchaînent les commandes à notre Pôle Audio-Vidéo. Le 17 mars, est en effet sollicitée la mise en DVD vidéo d’une cassette VHS de 3 sujets sur la Cité de Clairvivre en Dordogne-Périgord. Les 3 sujets sont gravés sur le disque. Puis son étiquette, son boitier et sa pochette visuelle, reproduction de la jaquette de la cassette d’origine, sont réalisées en une demi-journée par Claudine. La qualité du produit fini est félicitée par les personnels de l’établissement départemental.

 Haut de page

ÉVOLUONS DANS LA SENSIBILISATION AU HANDICAP VISUEL !

Par le biais de Gabriel Mourguet de la Maison des Associations de Périgueux, Sonorium s’est mis en lien, sur sa demande avec un sexagénaire devenu récemment aveugle. Par la rencontre téléphonique, puis physique, nous allons étudier les besoins et demandes de Didier, habitant de Trélissac. Depuis juillet, il est dans le noir complet, se demandant comment utiliser son ordinateur ? Comment rencontrer des gens et sortir, quand les structures associatives de Dordogne-Périgord disparaissent ou ne répondent pas à cet objectif ? Il est certainement d’autres questionnements face à ce récent handicap évolutif.

Alors que nos ateliers de sensibilisation au handicap visuel s’adressaient aux valides, quelques expériences nous prouvent le besoin d’évolution. En effet, nous devons nous tourner maintenant vers des personnes perdant la vue et se sentant perdues, de facto ! En 2012, Hamid, un malvoyant marocain, avait besoin de repères tactiles et audio pour ses activités quotidiennes. Il nous sollicitait des conseils en ce sens ; nous les intégrions à une formation au son. Durant l’automne 2021, Virginie, trentenaire diabétique opérée des yeux, se trouvait dans le noir momentanément. Nous avons effectué le déplacement jusqu’à Coutras en Gironde pour lui apporter conseils et soutien moral et matériels. Alors pourquoi ne pas stabiliser un service en cette direction, sans remplacer les centres ressources locaux, ni les structures d’aides diverses, mais en guidant ces nouveaux bénéficiaires vers des solutions partenariales !

VALORISÉ PAR LES SUBVENTIONS

La palme de la fidélité du financement à notre association revient évidemment au Conseil Départemental de Dordogne-Périgord, nous accordant pour la 18ème fois consécutive une somme de fonctionnement. Dès 2004, chaque année, cette valorisation financière est salutaire pour notre petite association. Le montant est passé de 1500€ à 1800€ dans les premières années et n’a pas bougé, assurant ainsi la santé du fonctionnement, indispensable à notre vie associative. Pour la régularité depuis 2008, que soit félicitée la mairie de Périgueux. Même si la somme dépendra des changements de politiques municipales, aujourd’hui, Sonorium Francophone reçoit 500€ pour son fonctionnement, versé par cette municipalité. On ne peut pas en dire autant de celle de Coulounieix-Chamiers, accueillant notre studio associatif et ayant vu nos activités de son et de sensibilisation à son profit : aujourd’hui, plus aucune de nos prestations n’est voulu par cette ville, plus rien en subvention non plus ! Après avoir baissé le montant à 300€ l’an passé, aujourd’hui, il est à 0€ ! A quoi a donc servi notre rencontre avec le nouveau maire ? Visiblement, à la même chose que lui ! Cette perte pour notre fonctionnement est heureusement compensée par une autre subvention sur ce même angle. Le Fond de Développement de la Vie Associative nous a attribué en juillet 2022, 1200€ sur la présentation d’un dossier envoyé en février ; la somme augmente par rapport à l’exercice précédent. Finalement, en comparaison de la totalité des 4 subventions de l’an passé à 3600€ et des 3 financeurs de l’actuel exercice pour  3500€ au total, on ne s’en sort pas si mal. Malgré nos prestations et leur retombées financière, les subventions sont généralement attendues par les responsables de Sonorium, parfois dans l’angoisse ou dans la surprise de leur montant.

Depuis bientôt 20 ans donc, avec l’aide de subventions municipales et départementales, de mécènes privés (fondations de banques ou de sociétés), de donateurs individuels, de bénévoles et d’adhérents, se concrétise notre principe, jour après jour. Il se met en place quotidiennement sous diverses formes. C’est en s’acharnant à rechercher les moyens techniques et financiers de parfaire ses réponses, que les bénévoles de Sonorium les ont transformés en actes, comme des transcriptions audio, braille et caractères agrandis, des restaurations numériques et des mises en accessibilité de documents audiovisuels, des sonorisations de lieux festifs, des formations spécifiques et thématiques aux techniques sonores, mais aussi en faisant connaître aux personnes perdant récemment la vue, tout comme aux valides, les outils du quotidien, en créant des ateliers ludiques, pédagogiques et éducatifs de sensibilisation au handicap visuel. Mais rien ne se fait sans partenaires, ni sans participants ! Le soutien partenarial d’organismes, de collectivités et de personnes individuelles, valides ou handicapées, ainsi que la confiance de demandeurs ou de participants nous sont plus que précieux ! Au-travers de cette page du site Internet, se distinguent la démonstration des soutiens utiles à notre association, mais aussi ces descriptions d’exemples d’actions, de services aux personnes et aux organismes.

Alors, avec un tel bilan estival et plus, pas étonnant que cette page ne fut pas mise à jour plus tôt ! Notre communication en pâtit certainement, mais la quantité et la qualité des travaux rendus créent la marque de crédibilité, de respect et de confiance de Sonorium Francophone, par et envers ces demandeurs et ces financeurs. Merci à eux !

 

MAIS AVEC QUI FAIRE TOURNER TOUT CELA ?

Comme pour toutes les associations, le besoin de personnes bénévoles est criant ! On le sait hélas, certains membres de ces structures sont engagés et offrent leur temps ailleurs, dans d’autres organes associatifs d’aides diverses, de cultures ou de sports. Chacun ayant sa priorité subjective, le manque se manifeste alors chez l’une de ces associations ou chez l’autre, parfois lors de moments plus complexes et moins visibles ! Sonorium pourrait se plaindre que personne ne remplaçât Claudine, hospitalisée et indisponible pendant plusieurs mois, voire Arnaud, ayant subi un choc post-traumatique important sans lien avec la convalescence de son épouse. Comment remplacer des « couteaux suisses » de notre structure ? Si seulement cette question fut posée, l’impact aurait été moins influant ! « Je ne peux pas, j’ai d’autres priorités ! » Entendre ou ne lire que ces réponses, démontre la solitude dans laquelle se trouvent les dirigeants de Sonorium Francophone ! Serait-ce irrémédiable et immuable ?

Si des personnes le veulent bien, elles agissent à nos côtés. Toutefois, ce n’est pas l’engagement qui est le plus difficile à mettre en place ; c’est la constance ! En effet, il n’est pas aisé d’obtenir la régularité ou la fidélité d’un être engagé, en fonction du temps et des aléas de la vie, des hauts et des bas collectifs ou individuels, mais surtout du moral qui en incombe ! Tentant de soutenir ou d’accompagner ces cas, nous essayons d’en prendre acte et recherchons sans cesse l’astuce pour créer de nouvelles dynamiques.

En règle générale, lorsqu’on crée ou participe à une association, lorsqu’on s’acharne à la faire vivre, c’est pour répondre à un manque, à un besoin exprimé par des bénéficiaires, à un développement de ce que l’on appelle « l’éducation populaire », voire pour une cause revendicative ou défenderesse ! Sonorium Francophone correspond à la plupart de ces critères et y trouve ainsi ses raisons d’exister ! Un manque de documents audio du quotidien pour aveugles et malvoyants a poussé l’engagement des bénévoles a fondé Sonorium en 2003, jusqu’à répondre aux besoins sonores d’autres publics « empêchés de lire ». Soutenue dès le début par divers structures locales et nationales (Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, Préfecture et Conseil Départemental de Dordogne-Périgord, Présidence de la République), cette motivation nous a conduit à défendre et soutenir cette cause sans discrimination de catégories (qu’on soit jeune ou âgé, atteint de maladies touchant indirectement aux yeux, accompagné ou seul, etc.), mais aussi à combattre les préjugés autour du handicap.

Libre à vous, chers lecteurs, de faire connaître Sonorium Francophone, notre site Internet, nos adaptations d’écrits du quotidien en audio, braille et caractères agrandis, nos traitements sonores et audiovisuels de vos anciens supports (cassettes, disques, bandes magnétiques, DAT, MD, accès d’audio description sur DVD, VHS ou cassette caméscope, négatifs de photos ou diapositives, etc.), ainsi que nos formations et le jeu Sonoquiz, la sensibilisation au handicap visuel, utile à des personnes perdant la vue récemment ou aux structures, pour lesquelles existent aussi ces services : l’adaptation de textes et de visuels en audio ou tactile, la sonorisation – animation de lieux festifs, etc. S’il est besoin de renseignements, contactez-nous ! Un texte promotionnel, téléchargeable ici, décrit nos services pour tous. Communiquez-le à vos contacts valides ou handicapés. Merci !

Téléchargez ici « 2022 services de Sonorium »

 


 Haut de page