Notre actu Qui sommes nous ? Nos services Nos formations Sensibilisation & droits Un regard sur notre passé Contacts & liens Humour


NOTRE ACTU

LEUR SOUTIEN NOUS EST PRECIEUX !

FORMER AU SON AU SERVICE DU MIX !

EN VOL VERS D’AUTRES CIEUX !

LEUR SOUTIEN NOUS EST PRECIEUX !

En règle générale, lorsqu’on crée ou participe à une association, lorsqu’on s’acharne à la faire vivre, c’est pour répondre à un manque, à un besoin exprimé par des bénéficiaires, à un développement de ce que l’on appelle « l’éducation populaire », voire pour une cause revendicative ou défenderesse ! Sonorium Francophone correspond à la plupart de ces critères et y trouve ainsi ses raisons d’exister ! Un manque de documents audio du quotidien pour aveugles et malvoyants a poussé l’engagement des bénévoles a fondé Sonorium en 2003, jusqu’à répondre aux besoins sonores d’autres publics « empêchés de lire ». Cette motivation les a conduit à défendre et soutenir cette cause sans discrimination de catégories (qu’on soit jeune ou âgé, atteint de maladies touchant indirectement aux yeux, accompagné ou seul, etc.), mais aussi à combattre les préjugés autour du handicap. Cette revendication passe aussi par l’éducation, d’une part des êtres concernées avec des formations thématiques, d’autre part en faisant connaître aux valides, les outils du quotidien, en créant des ateliers ludiques, pédagogiques et éducatifs de sensibilisation. C’est en s’acharnant à rechercher les moyens techniques et financiers de parfaire ses réponses, que les bénévoles de Sonorium les ont transformés en actes, comme des transcriptions audio, braille et caractères agrandis, des formations aux son, des mises en accessibilité de documents audiovisuels, des sonorisations de lieux festifs et des sensibilisations au handicap visuel. Mais rien ne se fait sans partenaires, ni sans participants ! Le soutien partenarial d’organismes, de collectivités et de personnes individuelles, valides ou handicapées, ainsi que la confiance de demandeurs ou de participants nous sont plus que précieux !

Si des personnes le veulent bien, elles agissent à nos côtés. Toutefois, ce n’est pas l’engagement qui est le plus difficile à mettre en place ; c’est la constance ! En effet, il n’est pas aisé d’obtenir la régularité ou la fidélité d’un être engagé, en fonction du temps et des aléas de la vie, des hauts et des bas collectifs ou individuels, mais surtout du moral qui en incombe ! Au sein de Sonorium Francophone, depuis le printemps 2021, les bonnes nouvelles alternent avec d’autres plus mauvaises ! Ces montagnes russes nous posaient des doutes. Attendu que le doute paralyse, face à la quantité de sollicitations et de rebondissements, ce n’était pas le moment de rester inactif et paralysé ! Il s’agissait donc de faire face et d’être réactif ! Voici ici exposés les soubresauts vécus par notre structure, mais surtout comment et avec qui, nous les surmontons !

D’un côté, en mars, le renouvellement de la subvention départementale de 1800€ nous réconfortait, mais d’un autre, le partenariat pour l’hébergement Internet avec le Conseil Départemental de Dordogne-Périgord prenait fin après 18 ans de bonnes relations. Sans que nous ayons reçu l’information avant, l’hébergement gratuit de ce site Internet par cette collectivité territoriale s’était ici stoppé. La cause tenait dans des problèmes de sécurité et de compatibilité des nouveaux outils technologiques, pour son serveur, accueillant les sites Internet d’associations. Début mai, nous fûmes donc obligés de trouver un nouvel espace d’hébergement pour ce site, offrant la même capacité de prestation, hélas payante ! Pour la deuxième fois depuis mai, vous lisez donc la mise à jour, disponible grâce à notre nouvel hébergeur. Ce changement a provoqué une réactivité dans l’urgence et dans l’angoisse des bénévoles de Sonorium, soucieux de l’accessibilité de ces informations et bien occupés par d’autres actions pour l’association. Il convient ici de remercier les bénévoles de l’association, Claudine et Emmanuel, pour leurs mises en place, ainsi que le responsable réseau du Conseil Départemental de Dordogne-Périgord, Cyrille Debray, pour ses conseils et son soutien. Si techniquement, le partenariat est clos, les bonnes relations perdurent !

Fin avril, les Archives Sonores de Dordogne-Périgord, nous appellent pour l’étude de numérisation de 35 grandes bandes magnétiques. Le devis est signé début mai ! Merci à ce service du Conseil Départemental de Dordogne-Périgord, pour sa confiance en notre travail. Notre mission consiste en la reproduction numérique du contenu audio de ces bobines, d’en effectuer la transcription écrite. Le son de ces bandes magnétiques est reproduit sur ordinateur, puis traité avec des logiciels, afin de le rendre plus audible avec moins de souffles ou de sons perturbateurs de la compréhension. Ainsi, on entend les paroles de la narratrice, évoquant ses souvenirs et ses commentaires personnels sur ces époques (depuis son enfance et adolescence avant les années 1930 à la période d’enregistrement en 1977-1978). Alors que nous finissions un premier lot de 20 bobines, notre magnétophone à grandes bandes tombe en panne ! Début juillet, il est apporté en réparation. Alors que nous transportions ce lourd appareil, à l’aide de sa poignée, celle-ci se casse et l’outil chute sur le sol chez le réparateur partenaire ! La poisse ! L’atelier du Son et de l’Image va faire tout son possible pour sauver notre Révox. Heureusement, le service des Archives Sonores du département est ouvert à la discussion et s’avère patient et compréhensif ! Gageons qu’une fois réparé, le matériel lira les 15 bobines restantes, afin d’accomplir pleinement notre mission !

Depuis mai, les commandes audio s’accumulaient dans divers domaines. Un ancien bénéficiaire non-voyant fut satisfait de retrouver notre nom dans un journal et nous commanda en mai, le retraitement d’une cassette audio, sur laquelle ses deux jeunes filles interprétaient poésies et contines enfantines. Heureux de les entendre de nouveau sur CD, Philippe Chazal, personnage engagé bien connu dans les milieux déficients visuels, fit notre éloge. Passons rapidement sur les appels sans suite des autres lecteurs du Louis Braille de l’AVH, sollicitant le disque de notre présentation d’association, juste parce qu’il est gratuit ! En juin, la Compagnie Cyclo Familia Express nous demande la mise à niveau sonore de la bande son de ses spectacles de clown de rue. Felipe, responsable de cette structure locale, avait déjà travaillé avec Sonorium, lors des festivités de Coulounieix-Chamiers en 2019-2020. Merci de ses deux fidélités !

Au milieu de ces nombreuses commandes audio d’importance, intervient un problème technique dans notre studio. Un sifflement intermittent, s’enregistre et se fait entendre sur les enceintes d’ordinateur,  alors que nous lisons les textes, adaptant deux modes d’emplois de matériels audio pour un autre bénéficiaire aveugle (CF. l’article sur cette page Former au son au service du mix). Evidemment, quand un tel souci arrive, on s’exclame : « ce n’est pas le moment ! » Obligés de refaire certains passages audio, de rechercher l’origine de ces sons perturbateurs, de faire tests sur tests pour comprendre et savoir où et quoi réparer, s’angoisser car les commandes prennent du retard et la formation d’un bénéficiaire approche à grands pas, alors que le souci persiste ! Après une semaine de tests, à chasser le moment où il se manifesterait, nous déterminons que le problème est électrique, qu’il provient du climatiseur et de son branchement ! Nous avons d’abord interpellé l’électricien (sérieux et réputé localement), Pour nous aider à affiner notre analyse. Nous contactons ensuite la société de vente de l’appareil, rafraîchissant ou chauffant notre local, lui rappelant au passage qu’aucun entretien (pourtant prévu au contrat de vente) n’a été réalisée, du fait de la délocalisation de ce service. Le technicien refuse de se déplacer, au motif qu’aucun message n’apparaît sur le climatiseur mis en cause, mais veut proposer à notre électricien une bidouille à faire pour éviter le problème ! » De qui se moque-t-on ? Suivant des conseils de professionnels, nous avons pris des mesures provisoires, supprimant le sifflement gênant et assurant le bon fonctionnement de tous les outils du studio ! Il est parfois du provisoire de durabilité ! Gageons que cet oxymore soit valable !

Simultanément à ces mésaventures sonores et techniques, notre ancien partenaire local nous éloigne progressivement. D’abord, en nous faisant miroiter un travail sonore, puis en nous tenant le bec dans l’eau, pour enfin choisir un prestataire environ trois fois plus cher ! Après nous avoir demandé, en décembre 2020, un devis pour une journée de sonorisation et d’animation de son forum associatif, Coulounieix-Chamiers invite les associations à une rencontre préparatoire en mai, sans nous informer du changement de son choix d’animateur. Un mail en juillet nous placera devant le fait accompli ! Comme pour assombrir ce tableau ou pour marquer le coup, selon un courrier du 21 avril de la municipalité de Coulounieix-Chamiers, nous est imputée une baisse de 200€ de notre subvention annuelle, consécutive à la crise sanitaire.  Tout cela sur fond d’annulations de festivités à sonoriser ; double peine donc ! Cela nous semblait prévisible aux vues de la bataille menée l’an dernier pour éviter cette réduction, tout comme l’absence de réponse de ce nouveau maire à notre courrier de janvier 2021 ! Avec ce monsieur, nous devrions être habitués : lorsqu’il était adjoint aux associations à Périgueux, de 2014 à 2020, notre subvention baissait et nous attendons encore une réponse à une question posée au début de son mandat (il y a 8 ans donc) !

Après quelques temps d’incertitudes nationales sur la tenue d’événements publics, un constat local nous réjouit en juin. La Mairie de Périgueux maintient son forum d’associations pour le samedi 11 septembre 2021. Observant qu’il aura lieu dans un espace inhabituel, le stade Rongérias, dès lors, nous proposons notre service de sonorisation-animation. Un début d’étude est conduit, le devis étant signé, nous sommes donc engagés et préparons une programmation musicale spécifiquement locale. C’est une double première fois pour nous : la première prestation sonore avec Périgueux et la première animation dans un stade ! A quand le Stade de France ? LOL ! Il semble important de remercier l’oreille attentive de l’agent municipal porteur du projet en lien avec les associations, Gabriel Mourguet. Cette commune augmente un peu notre subvention, mal menée par la précédente équipe municipale : nous passons de 450€ à 500€. Un travail est en attente avec la municipalité et la médiathèque Pierre Fanlac de Périgueux ; cela concerne la mise en trois formats sensoriels (le son, le braille et l’agrandi) des guides d’utilisateurs déficients visuels pour les outils informatiques de ce lieu public.

Fin juin, la surprise financière vient du Fond de Développement de la Vie Associative, qui nous accorde une aide de fonctionnement de 1000€, compensant les dommages consécutifs à la crise sanitaire. La Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale, versant cette subvention, nous alertait sur cette possibilité, en février, nous proposant de remplir un dossier. Sans trop y croire, car nous l’avions sollicitée deux années de suite pour des projets à long terme nécessitant des investissements de matériels, nous complétions le dossier reçu. Le résultat est probant ! Remercions ici les acteurs de cette opération.

Au-travers de cette démonstration des soutiens utiles à notre association, se distinguent  ces descriptions d’exemples d’actions, de services aux personnes et aux organismes, libre à vous, chers lecteurs, de faire connaître Sonorium Francophone, notre site Internet, nos adaptations d’écrits du quotidien  en audio, braille et caractères agrandis, nos traitements sonores et audiovisuels de vos anciens supports (cassettes, disques, bandes magnétiques, DAT, MD, audio description sur DVD, VHS ou cassette caméscope, négatifs de photos ou diapositives, etc.), ainsi que nos formations et le Sonoquiz ! N’oublions pas les services aux structures : l’adaptation de textes et de visuels en audio ou tactile, la sonorisation – animation de lieux festifs, la sensibilisation au handicap visuel, etc. S’il est besoin de renseignements, contactez-nous ! Un texte promotionnel, téléchargeable ici, décrit nos services aux personnes ; communiquez-le à vos contacts valides ou handicapés. Merci !

Téléchargez ici la page décrivant nos services destinés aux individuels.

FORMER AU SON AU SERVICE DU MIX !

Programmées depuis l’automne 2020, les 23ème et 24ème formations « Apprendre les Techniques du Son » viennent d’être conduites dans le studio associatif de Sonorium Francophone, l’une d’une semaine en juin ; l’autre occupa deux semaines de juillet. En plus d’être lauréats de notre jeu sonore 2020, ces deux stagiaires aveugles ont un autre point commun : enseignant l’informatique, ils se sont succédé à ce poste en l’Institut National des Jeunes Aveugles de Paris. Exposons ici ces stages et leur contexte.

Entre le 14 et le 18 juin 2021, l’un des lauréats du jeu sonore 2020 est venu se former au son. Le septuagénaire non-voyant avait pour projet, l’amélioration de ces podcasts sonores. Christian de Paris a repris les bases d’enseignements, d’abord théoriques, puis pratiques, autour du son, de ses méthodes d’enregistrements avec des micros en extérieur et en intérieur (tel qu’on peut le voir sur la photo). Après avoir revu comment placer sa voix et les caractères à exprimer face au micro, le stagiaire a découvert un logiciel de traitements sonores. Les mixages, enchaînements et effets audio lui auront-ils permis de revoir son préjugé à propos des jeunes DJ ? Toujours est-il que cela l’a bien amusé, à en juger par la production qu’il a réalisé. Ce fichier audio vous est proposé en téléchargement gratuit.

Téléchargez ici « Je suis le meilleur mix par Christian ».

De gauche à droite, Christian au micro-casque et Arnaud, à l'ordinateur.
Crédit photo : Claudine AUDRIX-DUPUY

Pour mettre en pratique sa passion sonore, une personne aveugle ou malvoyante manipule des instruments audio : lecteurs, enregistreurs, console de mixage, boîte d’effets, sampler, matériel d’amplification ou de traitement du son, etc. Ces appareils, analogiques ou numériques, ont des buts différents selon les envies des déficients visuels. Selon l’aspect complexe de l’outil, voire son accessibilité au handicap, le recours à la notice d’utilisation devient indispensable. Quand elle est rédigée « en noir » et que ni l’agrandi ni le braille ne peuvent aider, les trentaines ou quarantaines de pages doivent être lues en audio ! L’oral se met alors au service du son ! Parfois, cela s’avère insuffisant, car certaines connaissances en techniques du son deviennent obligatoires pour l’utilisateur !

Lauréat de notre jeu sonore 2020, Stéphane de Normandie, veut pratiquer les techniques de DJ amateur. Son projet audio était ainsi exprimé, nonobstant les problèmes d’adaptation à ses nouveaux équipements. Il a acheté des matériels professionnels de son : une console de mixage numérique Pioneer DJM900NXS2 et un multi-lecteur CDJ2000NXS2 de la même marque et même catégorie. Mais, ne voyant pas, il ne peut pas lire les notices. Ces modes d’emploi sont non seulement écrits, mais complexes : des icônes remplacent des parties de textes, des graphiques et schémas, ainsi que des tableaux font que diverses structures ne se risquèrent pas à cette transcription pour le non voyant ! Après une étude des documents écrits, une analyse de comment adapter le texte à l’audio, de choix sur quelle voix allait enregistrer quelle partie, de comment sonoriser tel passage, Sonorium Francophone a pris le parti de relever ce défi. Après cette préparation en janvier et février, débutaient nos séquences d’enregistrements. Merci à Sandrine, Claudine et Arnaud, pour leur voix, malgré des problèmes de migraine ou de genoux, retardant les échéances envisagées. Depuis mars, une fois lus, les textes audio sont nettoyés, au fur et à mesure, par Claudine. Elle supprime les hésitations, rapproche les morceaux de textes parlés, découpe les thèmes, en suivant scrupuleusement la notice écrite. Alors que tout n’est pas fini de lire en avril, Arnaud utilise les instrumentaux libres de droits et créés par les bénévoles de Sonorium, pour les mélanger aux séquences parlées. Comme il s’agit de matériels traitant le son, des effets sonores sont employés ; certains même traduisent des concepts lisibles dans ces manuels : des réverbérations des voix signifient un titre de chapitre ou de sous parties, de courts extraits musicaux (dans un sens ou dans l’autre) séparent les sous-thèmes d’un même sujet. Sans oublier, qu’ici ou là, de petits extraits parlés issus de notre banque sonore qui viennent surprendre l’écoute, en vue d’apporter un peu d’humour et un soulagement à une attention trop concentrée de l’auditeur. La mise en audio de ces livrets d’utilisation est conçue pour être exploitée par une personne non ou malvoyante, ayant quelques connaissances du son. En effet, l’un des objectifs d’adaptation s’avérait plus subtile : ces modes d’emploi empruntant des expressions spécifiques au son mais trop pointues, il s’agissait pour nous de traduire ce jargon en langage compréhensible, sans déformer le sens. Il ne suffisait donc plus de lire, mais de rendre accessible les guides de ces outils numériques, autant d’un point de vue d’adaptation des textes pour un non voyant, que pour les aspects complexes des techniques du son. Enfin, en mai, puis en septembre 2021, Stéphane aura reçu les fichiers sonores traduisant ces deux manuels. Merci à lui pour sa confiance et sa patience !

Pendant l’entretien préalable d’octobre 2020 avec le futur stagiaire aveugle, l’équipe formatrice constatait que les problématiques de Stéphane n’étaient pas liées qu’aux matériels ; les vocabulaires montraient une lacune pour ses pratiques de sonorisation. Ainsi, du 12 au 23 juillet 2021, Sonorium a conduit son 24ème temps de formation au son. Le non-voyant professeur d’informatique à l’INJA de Paris, est venu apprendre les techniques de DJ, revoir ses bases car elles semblaient insuffisantes ou mal fondées, adapter son jeu de Disque-Jockey aux publics des fêtes animées, comprendre que la préparation est souvent nécessaire, qu’elle soit écrite ou prémontée, en vue de mixer en direct des sons déjà un peu travaillés, avec des effets sonores, mais pas trop pour ne pas lasser ! Avec la découverte d’un logiciel de traitements, dans sa nouvelle version, il devenait donc impérieux pour ce non-voyant, de pratiquer l’écoute très attentive des qualités sonores, puis l’abandon de certains réflexes informatiques et la vérification systématique de ses diverses actions. Pour perfectionner cette formation, le formateur a fait appel à un DJ professionnel comme témoin intervenant. Le DJ, réalisateur, auteur, compositeur, producteur, souhaitant garder l’anonymat, s’est rendu disponible deux journées, alors qu’il prépare la publication d’un nouvel album. Merci à lui d’avoir accepté de transmettre bien plus que ce qu’il avait découvert dix ans plus tôt, lors d’une initiation avec Sonorium Francophone. Le formateur fut même ému des clins d’œil musicaux ou de quelques phrases prononcées avant et ici retrouvées !

Même souligné par la presse locale, ce grand moment commun se traduit par une production sonore. On pourrait décrire le contenu, mais la surprise est de rigueur ! Alors bonne écoute du « Kiss-Bisous-Mix », téléchargeable gratuitement ! Pour être complet, relevons que Stéphane est en demande d’un prochain stage, ciblant cette fois, les configurations pour sonoriser des salles et des lieux extérieurs, ainsi que la poursuite de pratique de logiciels traitant le son. Une nouvelle semaine formative sera donc organisée en ce sens dans l’été 2022 !

Il convient également de remercier Margot du quotidien Dordogne libre, dont l’article est en photo ici, mais aussi Isabelle de Radios Libre en Périgord, venue enregistrer une interview de 15mn sur cette 24ème formation au son.

Téléchargez ici « Kiss-Bisous-mix »

A gauche, Arnaud. A droite, Stéphane découvrant les différents câbles.
Crédit photo : Claudine AUDRIX-DUPUY
Article Dordogne Libre


EN VOL VERS D’AUTRES CIEUX !

Patrice aux commandes  
Crédit photo : les Mirauds Volants

Fin mars 2021, un document sonore nous est envoyé par Patrice Radiguet, stagiaire assidu de nos formations « Apprendre les Techniques du Son ». Les enregistrements audio, de ce fichier reçu, sont créés à l’aide de l’Olympus-LSP4, qui est un parfait enregistreur dont la vocalisation des menus et divers autres qualités en font un appareil très accessible pour des déficients visuels en quête du bon son. L’auteur malvoyant de ce reportage sonore souhaitait notre écoute critique et nous proposait sa mise en ligne sur notre site Internet. Merci à lui !  Excellente occasion de vous communiquer des nouvelles de ses fonctions.

Cela faisait plusieurs années qu’il l’évoquait. Depuis la fin mars 2021, c’est fait : après 23 ans de bons et loyaux services, le président-fondateur de l’association des Mirauds-volants à céder le manche ! On dit maintenant Madame la Présidente ! Halte là ! N’allez pas comprendre qu’il a changé de sexe ! « Céder le manche » signifie que Patrice ne s’est pas présenté comme président de la structure associative. Désormais, les Mirauds-Volants sont pilotées par une femme ! Elle va donc assurer la suite, sans que le fondateur initial ne reste trop loin, puis elle va poursuivre les stages, ouverts aux déficients visuels avides de piloter un avion.

Cela va donc laisser du temps à Patrice pour de nouvelles fonctions : d’une part, acter des décisions  municipales, puisqu’en 2020, la liste sur laquelle il figurait fut élue à Castanet en Haute-Garonne. Il va en profiter aussi pour développer son action au sein de l’aéro-club, dont il s’occupait déjà, mais avec moins de temps à consacrer à ses heures de vols personnelles. Et puis, qui sait ? Pourquoi pas un autre livre à écrire, puisqu’il a déjà consacré plusieurs ouvrages à sa passion première : l’aviation ! Evidemment, ses déplacements lui permettront diverses productions audio, qu’il nous fera partager, soit en radio, soit sur cet espace qui lui est, bien entendu, ouvert !

En attendant, ce fondu du son, vous propose par notre intermédiaire une promenade audio, intitulée « Dronons tous ensemble ». Téléchargez ici le fichier MP3.


 Haut de page